Le régulateur financier allemand dirigé par le boss de la Finma

  • 0

Qui de mieux que le chef de la Finma pour diriger le régulateur financier allemand ? C’est le lundi 22 mars, lors d’un conseil d’administration que la décision de laisser Mark Branson à la tête du régulateur financier allemand Bafin, a été prise. Cette décision fait sans doute suite à sa capacité à gérer de façon objective la Finma depuis 2014. D’autres décisions ont été prises pour les postes à pouvoir dans ce tourment né de l’affaire Wirecard.

Un choix difficile vers lequel se tourner

Celui dont il s’agit aujourd’hui a connu ses débuts à la Finma en 2010. L’abnégation, le respect et le sacrifice ainsi que le goût du travail bien fait, l’on conduit 4 ans plus tard à la tête de cette institution qu’il a su diriger de main de maître depuis lors. Aujourd’hui, en toute sincérité, il affirme que ce fut un choix difficile pour lui d’abandonner ce poste pour répondre à d’autres obligations toujours dans  des finances. Mark Branson a marqué son passage à la Finma sur les 11 ans en résolvant les maux liés aux conséquences de la crise financière à travers les différents travaux de régulations élaborés pour réduire les litiges. Suite au choc qu’a connu la bourse et l’économie mondiale entre 2008 et 2009, il fut celui qui a trouvé le moyen de renforcer la structure du secteur bancaire. Il n’aie pas mis de côté les conséquences du crime financier dont il a fait sa lutte principale. Au regard de ces constats, on peut dire que cette nomination intervient afin qu’il puisse sortir l’État britannique de la crise financière.

Le scandale Wirecard, un événement plein de tourments

Le directeur du régulateur a été démis de ses fonctions en janvier à cause du scandale Wirecard qui a ébranlé le Bafin. En effet, la société a fait faillite au niveau de la bourse. À en croire les clarifications, près de 83 salariés ont fait des spéculations sur des actifs en 2020 avec pour intention de recouvrer leur liberté financière. Malheureusement pour eux, cette action leur a coûté aussi bien la perte de leur emploi que la faillite de l’entreprise dans laquelle ils travaillent. Il convient donc de trouver une solution organisationnelle afin de redonner vie à l’entreprise. Le ministre des Finances Olaf Scholz a été stricte sur les réformes prévues avec le personnel qui sera mis de nouveau sur pied.